3 — Se définir une philosophie d’entreprise

3 — Se définir une philosophie d’entreprise

Avant de prendre la décision de devenir une entreprise ou un individu apprenant, il est primordial de s’interroger ce que nous souhaitons devenir.

La folie, c’est de faire toujours la même chose et de s’attendre à un résultat différent. — Albert Einstein

Comme l’indique le premier principe : fondez vos décisions sur une philosophie à long terme, même au détriment des objectifs financiers à court terme.

Dans ce monde trépidant, nous sommes tous tentés d’aller vite, de développer et de mettre en marché rapidement sans avoir de véritable vison à long terme de ce que nous souhaitons devenir comme individu ou entreprise.

Il est certain que nous désirons tous offrir un bon produit à nos clients mais, offrons-nous toujours le meilleur produit possible et au meilleur prix possible ?

Comment y parvenir, comment devancer la concurrence, comment devenir une entreprise pérenne ?

Amener tous les intervenants reliés à l’entreprise, direction, employés, fournisseurs, à avoir l’objectif commun de s’entraider dans le but générer de la valeur pour le client, l’entreprise et même la société en général.

En adoptant un mode de développement axé sur le long terme, nous sommes obligés de nous concentrer sur la qualité et la compétitivité de l’offre si nous voulons continuer d’exister.

En résumé

Les facteurs les plus importants pour la réussite sont la patience, une action axée sur le long terme plutôt que sur les résultats immédiats, l’investissement dans les hommes, le produit et les moyens de production, un attachement sans faille à la qualité.

Robert B. McCurry, ancien vice-président exécutif de Toyota Motor Sales

J’invite les lecteurs à commenter et partager cet article.

Dans le prochain article : « Où commencer ? »

2 — Les 14 principes du modèle Toyota

La philosophie à long terme

1.       Fondez vos décisions sur une philosophie à long terme, même au détriment des objectifs financiers à court terme.

Le bon processus produira les bons résultats

2.       Organisez les processus en flux pièce à pièce pour mettre au jour les problèmes.

3.       Utilisez des systèmes « tirés » pour éviter la surproduction.

4.       Lissez la charge de travail.

5.       Inculquez une culture de résolution immédiate des problèmes, d’obtention de la qualité du premier coup.

6.       La standardisation des tâches est la base de l’amélioration continue et de la responsabilisation des employés.

7.       Utilisez des contrôles visuels pour qu’aucun problème ne reste caché.

8.       Utilisez uniquement des technologies fiables, longuement éprouvées, qui servent vos collaborateurs et vos processus.

Valorisez l’entreprise en développant vos employés et vos partenaires

9.       Formez des responsables qui maîtrisent parfaitement le travail, sont imprégnés de la philosophie et l’enseignement aux autres.

10.   Formez des individus et des équipes exceptionnels, qui appliquent la philosophie de votre entreprise.

11.   Respectez votre réseau de partenaires et de fournisseurs en les encourageant et en les aidant à progresser.

La résolution des problèmes pilote l’apprentissage de l’entreprise

12.   Allez sur le terrain pour bien comprendre la situation.

13.   Décidez en prenant le temps nécessaire, par consensus, en examinant en détail toutes les options. Appliquez rapidement vos décisions.

14.   Devenez une entreprise apprenante grâce à la réflexion systématique et à l’amélioration continue.

Source : Le modèle Toyota par Jeffrey Liker

L’énoncé des 14 principes du modèle Toyota peut sembler évident et même banal. Nous avons l’impression d’appliquer ces principes élémentaires depuis longtemps, mais en réalité, nous nous contentons de les survoler sans établir, comme point de départ, une authentique philosophie à long terme pour notre entreprise.

Je vous invite à commenter et partager cet article.

Dans le prochain article, nous verrons comment une petite entreprise peut se définir une réelle philosophie d’entreprise.

1 — Devrait-on s’inspirer du modèle Toyota et devenir une entreprise apprenante ?

Il y a quelques années, j’ai découvert un livre extraordinaire « Le modèle Toyota » par Jeffrey Liker. J’en suis à ma troisième lecture et je découvre toujours des idées fondamentales qui m’aident et pourraient certainement aider plusieurs entreprises à voir les choses différemment.

Mais, qu’est-ce que « Le modèle Toyota » ?

Il se divise en deux parties :

  • La culture de l’entreprise (Toyota Way)
  • La méthode de fabrication (Toyota production system TPS)

Avant toute chose, il faut définir une culture d’entreprise apprenante, orientée vers le long terme et qui se concentre sur les actions qui peuvent augmenter la valeur pour le client. Car, il ne faut surtout pas oublier que tout ce que nous faisons, que ce soit un bien ou un service a pour objectif final de résoudre un problème pour le client. Il doit donc être en tête de liste de nos actions.

Tout au long du processus de développement ou de fabrication, nous nous devons d’améliorer continuellement nos façons de faire de manière à réduire au maximum le gaspillage tout en améliorant constamment le produit ou le service. Ce faisant, nous pouvons offrir un meilleur produit à un coût moindre, ce qui nous donne un avantage concurrentiel énorme face à la compétition.

Vous me direz que tout le monde sait ça et que c’est la base même de toutes les entreprises. Vous avez raison ! Des centaines de livres sont écrits, des conférences et d’ateliers de motivations ont lieu chaque année et pourtant, même en sachant tout ça, nous retombons à continuellement dans notre façon habituelle de faire les choses.

Ce qui différencie « Le modèle Toyota », c’est d’abord la philosophie de l’entreprise. Avant de modifier les processus de fabrication, il faut se définir une culture d’entreprise, être prêt à devenir une entreprise apprenante et ne jamais se satisfaire d’une réussite. Il faut sans cesse améliorer cette « réussite » dont nous sommes si fiers.

De plus, il est primordial de pouvoir inculquer cette culture d’apprentissage à tous les travailleurs au sein de l’entreprise, de la direction jusqu’au suivi après-vente. Sans la participation de tous, l’entreprise ne peut devenir une entreprise apprenante.

En résumé, la philosophie du modèle Toyota est simple : l’amélioration continue et le respect des hommes.

Sommes-nous réellement prêts à devenir une entreprise apprenante ?

Dans le prochain article, nous verrons « Les 14 principes du modèle Toyota ».

Doit-on suivre les avancées technologiques?

Il m’arrive régulièrement en tant que développeur ou responsable de plateformes numériques de vouloir proposer des changements aux outils existants pour en améliorer l’utilisation ou simplement revamper l’image projetée.

Scegliere una direzioneProposer une nouvelle stratégie numérique implique un changement et les gens détestent le changement. Faire face à cette résistance peut être difficile surtout que le numérique implique un changement constant. Les décideurs ont l’impression que tout est toujours à refaire et que nous sommes des éternels insatisfaits.

Ces préoccupations sont souvent légitimes et il est de mon devoir de les guider dans le processus et de les aider à comprendre le but des changements proposés.

Que répondre aux objections soulevées? Voici quelques arguments qui à mon avis sont très pertinents et qui évitent d’avoir l’impression de toujours recommencer.

  • Il faut avoir à l’esprit que l’avancement technologique ne va pas s’arrêter même si nous nous croyons satisfait des outils que nous utilisons.
  • Plus nous retardons l’adoption des nouvelles technologies plus le rattrapage sera difficile et coûteux.
  • Pendant que nous tardons, les autres avancent et nos outils deviennent sans support et vulnérable aux attaques externes.
  • Il devient aussi de plus en plus difficile de communiquer avec les autres entreprises.
    • Difficulté d’ouvrir les documents qui utilisent les nouveaux standards.
    • Difficulté de voir des pages Web modernes qui utilisent les nouveaux standards HTML5 CSS3 et autres…
    • Difficulté à lire des vidéos à plus haute définition.
  • Ralentissement du travail dû à une plus longue période de téléchargement des applications entre des postes de travail et des serveurs technologiquement dépassés.

Vu la quantité sans cesse croissante de données à manipuler quotidiennement, vu la complexité de l’informatique moderne, il est de plus en plus évident que nous devons absolument suivre les avancées qui nous sont offertes. Je suis loin d’affirmer que nous devons tous posséder le dernier gadget à la mode, mais je crois sincèrement que nous devons avoir les meilleurs outils de travail disponibles. Le choix est donc très important.

3023_cloud-computing300En 2016, pour avoir des coûts informatiques abordables et toujours à la fine pointe, mon premier choix se porte vers l’utilisation des logiciels en tant que service (SAAS). De cette façon, nous sommes assurés d’avoir la dernière version du logiciel sans avoir à débourser de forts montants pour l’achat du logiciel lui-même. Ainsi, si nos besoins changent, nous suspendons l’abonnement d’un logiciel et prenons un abonnement pour le logiciel qui correspond le mieux à notre besoin actuel. Nous évitons ainsi d’être en possession d’un logiciel coûteux, dépassé et inutile.

Steve Jobs’s Top 10 Rules for Success

Steve Jobs’s Top 10 Rules for Success

 

Je me permets de partager les 10 règles d’or, selon Steve Jobs, pour être heureux et réussir nos projets.

Cet article est reproduit à partir du site Web « Motivation Grid ». J’espère que vous apprécierez. Je sais très bien que votre temps est précieux et que nous sommes tous envahis par toutes sortes de contenus plus ou moins pertinents, mais je vous suggère de regarder le vidéo inclus dans l’article. Ce sera certainement les 30 minutes les plus productives de la semaine.

Bonne lecture et bon visionnement!

Claude


He’s considered the “Father of the Digital Revolution,” a “master of innovation,” and a “design perfectionist.” He shifted the world we live in with his inventions. He had a net worth of over $8 billion in 2010. He’s one of my personal favorite entrepreneurs of all time because he basically started from the bottom and managed to become one of the most influential people in the world.

He’s Steve Jobs from Apple and….

Here are the top 10 Steve Jobs rules for success.

1. Don’t live a limited life

“Your time is limited, so don’t waste it living someone else’s life. Don’t be trapped by dogma – which is living with the results of other people’s thinking. Don’t let the noise of other’s opinions drown out your own inner voice. And most important, have the courage to follow your heart and intuition. They somehow already know what you truly want to become. Everything else is secondary.”  – Steve Jobs

2. Have passion

If you’re not passionate enough from the start, you’ll never stick it out.  With any job, there are aspects of work that are frustrating and difficult—even with the greatest dream job in the world, but being passionate about it will make you able to hold on when things get rough.

3. Design for yourself

“Don’t let the noise of others’ opinions drown out your own inner voice.” – Steve Jobs

I know it’s cliche, but this is so true, you are the captain of your own ship; don’t let anyone else take the wheel. Design life for yourself, you won’t receive a second opportunity to do so, so you either do it now, or you regret it on later in life.

4. Don’t sell crap

Sell only high quality products, while many would argue I would say that Apple products have always been top quality and that’s the reason why they are still at the top. They just provide quality products, and because of that they have loyal customers that are always willing to buy.

5. Build a great team

The people you surround yourself with, are the people that will shape your future. If you surround yourself with smart and positive people that share your vision, well then, you have a bright future ahead of you. Remember that you are the average of the five people you spend the most time with, so choose wisely.

6. Don’t do it for the money

Choose a job you love, and you will never have to work a day in your life. Steve Jobs was worth 100 million dollars when he was 25 years old, but he didn’t do it for the money. He did it because he wanted to change the world, he was an innovator.

7. Be proud of your products

Create products that you can proudly recommend to friends and family, if your product is great, money will follow. Make sure your product is high quality and it’s something that people would love to use.

8. Build around customers

Customers tend to trust individuals who are serious about what they do, and willing to take the time to achieve a deep understanding of their craft. Take the time every day to learn more about your customers, their industry and their challenges.

Needless to say, gaining trust is only part of the equation. You must also have a product that customers want and need, and the ability to show how you’re adding value, solving problems, and so forth. However, if you don’t earn the customer’s trust, they’ll probably buy from someone else whom they do trust–even if the offering isn’t as good

9. Marketing is about Values

Have you ever seen a Nike advertisement where they share why they are better than Adidas and Puma? No, I know you haven’t, because what they do is they honor great athletes like Michael Jordan – that’s what they are, that’s who they are. So make sure your customers know what your company stands for.

10.Stay Hungry, Stay Foolish

Never be satisfied, and always push yourself. Do (or be willing to keep trying) the things people say cannot be done.

Pourquoi je n’utilise pas les CAPTCHAS

Captcha
IvGZrQ8m69

Le CAPTCHA est l’un des éléments d’un site Web le plus dommageable et inutile. Ceux qui utilisent le CAPTCHA ne peuvent prétendre à une approche centrée sur l’utilisateur, car 38 % des gens ne parviennent pas à l’écrire correctement à leur première tentative. En tant que développeur soucieux de la facilité d’utilisation de nos pages Web, j’ai un problème.

Les problèmes occasionnés par le CAPTCHA

Majoritairement impossible à lire.

Avez-vous déjà oublié un mot de passe et avoir été confronté à un CAPTCHA illisible avec un enchevêtrement de lettres minuscules, majuscules et chiffres? Après l’échec de la première tentative, il n’est pas toujours évident de savoir où cliquer pour avoir une seconde chance.

Toute entreprise qui utilise le CAPTCHA ne peut prétendre être centrée sur l’utilisateur.

Des 38 % qui ne réussissent pas à remplir correctement à la première tentative, 80 % échouent la deuxième, 70 % la troisième et 90 % la quatrième. La frustration augmente jusqu’à l’abandon et ce n’est certainement pas ce que mon client souhaite, très mauvais pour les affaires. De plus, avez-vous déjà essayé avec votre portable? Le cauchemar total!

Pourquoi le CAPTCHA est inutile

Les sites qui utilisent les CAPTCHAS semblent le faire principalement pour deux raisons :

  • Pour réduire les pourriels
  • Pour améliorer la sécurité

Le fait est qu’il y a maintenant des solutions plus efficaces pour résoudre ces problèmes.

Solutions de sécurité

  • Touch ID utilise un capteur d’identité par empreinte digitale, pour un déverrouillage de l’appareil
  • Envoyer des SMS ou par courrier électronique un code d’authentification est une solution commune, surtout avec les mots de passe perdus.
  • Limiter le temps entre deux tentatives de connexion
  • Limiter le nombre de tentatives de connexion

Prévention des pourriels

Pourquoi l’utilisateur doit-il être incommodé parce que nous avons un problème avec les pourriels? Les filtres antipourriel sont devenus sophistiqués et peuvent supprimer la majorité des pourriels.

En fait, ce n’est pas parce que le CAPTCHA est largement utilisé que je devrais l’utiliser. Ma seule obsession quand je construis un site Web me vient de Steve Krug « Don’t Make Me Think ». Chaque phrase, chaque parcours que doit lire ou emprunter l’utilisateur doivent répondre à ce critère. Il faut se souvenir que l’objectif final est de rendre la visite agréable à l’utilisateur et le CAPTCHA n’y contribue simplement pas.

Comment installer un écran avec une résolution de plus 1920 x 1080

Mon nouvel écran HP Envy 32 me permet de profiter d’une haute résolution et d’un espace de travail impressionnant pour mes travaux de graphisme. Cet écran est tout simplement fantastique!

L’installation

Après avoir connecté mon écran à mon portable Toshiba avec le câble HDMI fourni, quelle déception quand je me suis rendu compte que le maximum de résolution que je pouvais obtenir était de 1920 x 1080 pour un écran qui est sensé faire 2560 x 1440. Je croyais qu’un simple réglage dans le panneau de configuration suffirait. Rien à faire, la configuration était limitée à 1920 x 1080 !

Mon premier réflexe fut de penser que la carte graphique de mon portable n’était pas assez puissante.

Recherches après recherches, j’ai fini par découvrir que le problème pourrait bien ne pas provenir de l’écran ou du portable mais bien de la connexion.

Câbles HDMI et Display Port
Câbles HDMI et Display Port

Selon nVidia la résolution maximale supportée est :

  • Display Port: 2560×1600
  • HDMI/DVI: 1920×1080
  • Analog VGA: 2048×1536

Heureusement, HP a tout prévu en fournissant deux câbles avec l’écran : un HDMI et un Display Port. Comme mon portable Toshiba est installé sur une station d’accueil, qui dispose d’une entrée compatible « Display Port », l’utilisation du câble Display Port a facilement réglé mon problème d’affichage.

En résumé, avant d’acheter un écran avec une résolution supérieure à 1920 x 1080, vérifiez si vous avez une sortie compatible « Display Port » sur votre ordinateur. Cela pourrait vous éviter une grande déception.